Derniers articles

Publié le 8 mai, par Solidaires 49

Communiqué du 07 Mai 2020

Communiqué de l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires de Maine-et-Loire Déconfinement :

Un impératif : garantir la protection sanitaire et sociale de tous

PDF - 98.2 ko
Communiqué du 7 mai 2020 Déconfinement

Publié le 7 mai, par Solidaires 49

NON AUX OUVERTURES APRES 20 HEURES NON AUX OUVERTURES LES DIMANCHES ET LES JOURS FÉRIÉS

L’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, CFE-CGC, CFTC, UNEF et UNL du Maine-et-Loire s’adresse aux pouvoirs publics et leur demande de ne pas autoriser ces ouvertures. À partir du 11 mai, les employeurs de la grande distribution ont décidé de reprendre les horaires pratiqués avant la crise sanitaire, et donc d’ouvrir parfois jusqu’à 22 heures.

PDF - 158.8 ko
Communiqué ouverture des commerces

Publié le 28 avril, par Solidaires 49

Communiqué unitaire de l’intersyndicale CGT, FSU et Solidaires du Maine-et-Loire.

Alors que le monde entier fait face à la pandémie, ce premier mai sera plus que jamais la journée internationale de luttes des travailleuses et travailleurs.

Publié le 24 avril, par Solidaires 49

COMMUNIQUE COMPORTEMENT DES ENTREPRISES DU MAINE-ET-LOIRE FACE A L’EPIDEMIE DE COVID-19

Depuis le mardi 17 mars, le gouvernement a mis en place un confinement sur l’ensemble du territoire pour faire face à un ennemi invisible, pour éviter une propagation trop rapide du Covid-19 qui entrainerait une saturation des lits de réanimation. Le message était clair « Restez chez vous », toutes les activités non essentielles au pays doivent cesser.

Le gouvernement Marcon après s’être attaqué durement aux conditions de travail des soignants (coupes budgétaires drastiques sur la santé publique, politique de tarification à l’acte…), se rend compte aujourd’hui que nous avons besoin d’eux.

Celles et ceux qui étaient traités de privilégiés il y a quelques mois, qui ont été méprisés par le gouvernement, ignorant totalement leur détresse pendant des mois de grèves… Celles et ceux là sont aujourd’hui devenu des héros.

Il était temps d’ouvrir les yeux, mais en attendant nos patrons vont-ils jouer le jeu et cesser leur activité pour aider nos soignants ? Les fabrications de camions, de bateaux, de pneus, d’isolations thermiques, ou même d’horloges sont-elles essentielles à la vie du pays ?

L’occasion pour le syndicat SUD Industrie 49 de faire un tour d’actualité sur différentes sociétés du Maine-et-Loire.

PDF - 236.8 ko
communiqué Sud Industrie du Maine et Loire

Publié le 17 avril, par Solidaires 49

Communiqué des organisations départementales ATTAC , CGT , FSU ,Mouvement de la Paix , Union Syndicale Solidaires, XR Angers , Youth For Climate Angers, du Maine-et-Loire.

Ce communiqué reprend l’initiative nationale d’organisations associatives, syndicales et environnementale qui appellent à préparer "le jour d’après"

Pour le Jour D’Après Lundi 6 avril 2020, en pleine crise du Coronavirus, alors que le gouvernement prépare les plans de relance de l’économie française, quinze organisations associatives syndicale et environnementales, ont lancé une pétition nationale « Plus jamais ça, signons pour le jour d’après ! ». Cette pétition appelle à prendre des mesures porteuses de profonds changements politiques, afin de ne plus jamais avoir à faire face à la crise sanitaire actuelle. Elle appelle les citoyen·ne·s à se mobiliser pour que le « Jour d’Après » soit construit ensemble, en rupture avec les politiques menées jusque-là. Pétition a signer en ligne sur :#PlusJamaisCa, signons #PourLeJourDapres

PDF - 184.6 ko
Communiqué des organisations départementales du 49

Publié le 14 avril, par Solidaires 49

Nos organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires se sont rencontrées le 8 avril. Elles n’ont pu que constater l’impéritie du gouvernement face à une crise sanitaire d’une ampleur et d’une violence inégalées. Où est passée la réserve d’un milliard de masques ? Où sont les blouses ? Où sont les solutions hydroalcooliques ? Où sont les tests ? Que sont devenues les mesures qui avaient été prises pour gérer une pandémie ? Tout a été enterré pour « réduire les déficits publics ! »

PDF - 122.7 ko
Déclaration intersyndicale du 10 avril

Publié le 10 avril, par Solidaires 49

Communiqué des syndicats CGT/SUD/SNU du Ministère du Travail Sections de Maine et Loire"

"Coronavirus. « Nous dénonçons les entraves et pressions contre l’Inspection du travail ! »

Nous dénonçons les pressions, menaces et entraves exercées par la Direction du Travail des Pays de la Loire à l’encontre des agent∙es de l’Inspection du travail pour les empêcher d’exercer leurs missions dans le cadre de la pandémie actuelle, notamment de contrôler la bonne application des mesures de protection de la santé des salarié∙es dans les entreprises.

En effet depuis l’arrivée de la pandémie et le début des mesures de confinement, plusieurs agent∙es de l’Inspection du travail des Pays de la Loire ont été entravé∙es dans leurs contrôles par leur propre Direction. Le message est clair, c’est celui prôné par le Gouvernement :la protection de la santé des salarié·es et le respect du Code du travail passent après la continuité de l’activité économique des entreprises. Pas de contrôles, déplacements exceptionnels dans les entreprises, et fermez les yeux sur la pénurie de masques de protection et de gel hydro-alcoolique ou sur le non-respect des gestes barrière.

Ainsi dans le Maine et Loire, deux agents de contrôle ont reçu un courrier disciplinaire de leur Direction. Ceux-ci avaient écrit par courriel à une entreprise d’aides à domicile et à un laboratoire d’analyse pour leur rappeler les mesures de protection de la santé des salarié∙es (gestes barrière, mise à disposition de masques le cas échéant…) et leur demander de justifier de la bonne application de ces mesures par retour de courriel. Ils rappelaient notamment à ces structures qu’en cas de non-respect des mesures de protection de la santé leur responsabilité pénale était engagée, et qu’il leur appartenait de retirer les salarié∙es de toute situation de danger grave et imminent (et le cas échéant de recourir à l’activité partielle). Mécontents de ces demandes, les dirigeants de ces structures ont saisi le Préfet et le Président du Conseil Départemental pour s’en plaindre. Ces deux agents de contrôle ont alors reçu un courrier disciplinaire de la Directrice Départementale du Travail les rappelant à l’ordre et leur demandant de « se conformer aux instructions [du] supérieur hiérarchique », c’est-à-dire, de cesser de demander l’application des mesures de protection de la santé des salarié∙es. Et ont appris que la Directrice du Travail avait contacté ces structures sans qu’ils soient prévenus,pour remettre en cause leurs actions.

Dans le même département, une Inspectrice du travail qui avait écrit à un centre d’appel angevin suite à une alerte syndicale et à des plaintes de salarié·es dénonçant l’insuffisance des mesures de prévention a également vu son action de contrôle remise en question par la Directrice du Travail, qui a appelé l’entreprise pour contredire ses propos s’agissant de la possibilité pour les salarié·es de se retirer des situations de travail présentant un danger grave et imminent pour leur santé.

En Loire Atlantique, c’est une Inspectrice du travail qui a été rappelée à l’ordre par le Directeur Départemental du Travail tandis que le Directeur Régional appelait l’entreprise pour la rassurer. Elle avait été saisie par les élus du personnel d’une entreprise industrielle de Nantes qui estiment que la protection de la santé des salarié∙es n’était pas assurée. Elle a alors écrit un courriel à l’entreprise pour lui rappeler les mesures de protection de la santé des salarié∙es et lui demander de justifier de la bonne application de ces mesures. Elle lui rappelait la aussi que les salarié∙es pouvaient se retirer de toute situation de danger grave et imminent et que l’entreprise pouvait le cas échéant recourir à l’activité partielle. Là encore, mécontent, le dirigeant de l’entreprise saisi le Préfet. L’Inspectrice du travail a alors reçu un appel du Directeur Départemental du Travail pour la recadrer et la rappeler à l’ordre, en lui rappelant que « l’activité ne doit pas cesser dans cette entreprise ». Ensuite l’Inspectrice a appris que le Directeur Régional du travail lui-même était intervenu derrière elle auprès de l’entreprise pour remettre en cause son action.

Dans la Sarthe, un Inspecteur du travail qui avait écrit à une entreprise de conditionnement pour lui rappeler son obligation de protection de la santé des salarié·es et la possibilité de solliciter l’activité partielle a également vu son action de contrôle remise en question par le Directeur du Travail, qui a été appelé par l’entreprise et a contredit l’intervention de l’agent de contrôle.

De nombreux autres cas nous sont ainsi remontés, de pressions et de consignes visant à faire cesser toute mesure contraignante à l’encontre des entreprises, même lorsqu’elle ne respectent pas la protection de la santé de leurs salarié∙es.

Alors qu’aujourd’hui des dizaines de salarié∙es sont déjà mort∙es du COVID-19 qu’ils/elles ont potentiellement attrapé en entreprise, nous dénonçons ces pressions et entraves inadmissibles et illégales dont nous exigeons qu’elles cessent et que les sanctions notifiées soient retirées.

Nous rappelons que la Loi et les Conventions internationales de l’Organisation Internationale du Travail garantissent le plein exercice des missions de l’Inspection du travail, même en temps de crise : veiller à l’application du Code du travail dans les entreprises, notamment en ce qui concerne les règles de protection de la santé des salarié∙es, reste l’essence de notre métier.

Les syndicats CGT/SUD/SNU du Ministère du Travail – Sections de Maine et Loire"

Publié le 5 avril, par Solidaires 49

Intersyndicale des Retraités CGT, FO, CFTC, FSU, Solidaires, FGR, LSR

Les organisations de retraités CGT, FO, CFTC, FSU, Solidaires, FGR-FP et LSR de Maine-et-Loire s’adressent à vous solennellement pour vous faire part de leurs plus vives inquiétudes concernant les conséquences de la crise sanitaire liée à l’épidémie du COVID-19, en particulier sur les personnes âgées et pour vous demander de prendre les mesures qui s’imposent.

Lettre ouverte à Monsieur René BIDAL, Préfet de Maine et Loire

Publié le 24 mars, par Solidaires 49

Communiqué commun des organisations syndicales départementales du Maine et Loire CGT, FO, FSU, Solidaires

La crise sanitaire que nous traversons a conduit le gouvernement à prendre des mesures exceptionnelles de fermeture des commerces et de confinement général. Les organisations syndicales départementales CGT, FO, FSU et Solidaires du Maine-et-Loire, avant même les annonces présidentielles, ont pris toute leurs responsabilités en fermant leurs sites d’accueil au public et en annulant ou reportant l’ensemble de nos réunions, formations, rassemblements, manifestations, notamment celle prévue le 31 mars contre le projet de contre-réforme des retraites. le communiqué c’est ici :

PDF - 127 ko
Communiqué du 24 mars 2020

Publié le 22 mars, par Solidaires 49

Le coronavirus et le capitalisme : deux épidémies à combattre !

Le coronavirus est une menace et un danger et chacun-e en prend la mesure au fur et à mesure de la propagation du virus de par le monde. Mais il est légitime d’interroger la réaction d’Emmanuel Macron et ses annonces lors de son intervention télévisuelle du jeudi 12 mars. Nous entrons dans une nouvelle période. Lutte contre le coronavirus ou régressions sociales, ce n’est pas une alternative. Nous continuerons à combattre les politiques régressives : réforme de l’assurance chômage, réforme des retraites...et à refuser la répression et les violences policières. Nous demandons le même déploiement de moyens pour faire face à l’urgence sociale et écologique. Ni coronavirus, ni union sacrée, la lutte continue contre tout ce qui détruit nos existences. Solidarité avec les victimes du coronavirus, solidarité avec toutes celles et ceux que ce système attaque ; indéfectiblement. La lutte ne s’arrêtera pas avec la maladie. Nos combats pour un monde où la solidarité, la protection sociale et les services publics sont les meilleurs remparts contre les fléaux et l’injustice, sont plus que jamais légitimes.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 |...